$k=largeur();




Tenue de service courant

En 1994, les agents des Douanes changent de tenue. Le temps de la vareuse, dont le modèle à col ouvert (semblable à la vareuse mle 1938 de l'armée) avait été amené dans les années 40, est donc révolu. Mais la disparition de la vareuse en tenue d'hiver n'est pas le seul changement qui accompagne les uniformes de l'institution. Le pantalon bleu céleste à bande garance, emblématique du corps des Douanes, est lui aussi abandonné au profit d'un pantalon droit bleu marine, sur lequel subsiste toujours la bande garance. Encore que celle-ci perde en largeur pour se faire plus discrète sur les nouveaux pantalons. L'insigne de tradition n'est lui aussi plus porté sur la chemise. Il cède en effet sa place à une bande patronymique « DOUANES », réfléchissante ou non, porté au dessus de la poche de poitrine gauche et à un écusson rond, porté sur l'épaule droite. Celui-ci reprend les couleurs traditionnelles de la Douane (le bleu, le vert finance et le rouge garance) ainsi que l'approche générale de la pucelle portée précédemment (France bleu circonscrite dans un cercle vert finances incluant le mot "DOUANES", frappée de la grenade inscrite dans un cor de chasse).
C'est donc un visage relativement nouveau que le douanier arbore, la nouvelle tenue se voulant plus adaptée aux conditions de travail des agents. Travail qui est grandement modifié par les évolutions récentes de l'Europe.
Le képi continue à être porté (on l'aperçoit par exemple encore sur une photo de promotion de l'ENBD en 1994) mais est bientôt remplacé par une casquette, déclinée en deux modèles (été et hiver, avec un rabat fourré).



Contrôleur de 1ère classe des douanes (contrôleur divisionnaire jusqu'en 1995) en tenue estivale : la chemisette remplace les bras de chemise. Casquette, bande patronymique et écusson font leur apparition.

Le bleu céleste est abandonné pour la teinte du pantalon. La bande garance est réduite et se fait plus discrète.
Deux exemples de panachage des différents vestiaires. A gauche, une promotion d'agents de constatations en 1994 à l'ENBD. On remarque que le képi est encore porté, comme la coiffe féminine. De même, si les deux cadres portent déjà le nouveau pull, ils arborent encore respectivement une jupe et un pantalon bleu céleste, amené à disparaître. Le contrôleur divisionnaire à droite porte d'ailleurs encore la cravate sous son pull, ce qui, là encore, disparaîtra définitivement avec le nouveau vestiaire. A droite, capture d'écran d'un reportage sur la douane de Rekkem en 1994 : on y observe le port de la combinaison avec le képi.

Les pulls étant dessinés par la marque de grande couture, certains des premiers exemplaires portent l'étiquette de la prestigieuse maison.
Les tenues chaudes sont elles aussi adaptées. Comme beaucoup d'administrations portant l'uniforme à la même époque, la Douane se dote d'un pull, porté sur une chemise dépourvue de cravate. S'inspirant sans aucun doute du pull adopté depuis 1989 en Gendarmerie, une bande rouge verticale (et non horizontale afin d'éviter toute confusion avec les sapeurs pompiers) habille le côté droit, tandis que l'inscription « DOUANES » est brodée au cœur.
La tenue pantalon droit et pull confère aux agents des brigades une silhouette reconnaissable facilement, particulièrement de profil, de par l'abondance de rouge.

La parka comporte un système de doublure et de col en fourrure amovibles, de sorte qu'elle peut être portée comme effet chaud ou simplement coupe-vent.
La parka est elle aussi remplacée par une parka micro-poreuse de couleur bleu nuit. Celle-ci, d'une coupe relativement similaire au modèle adopté un peu plus tôt en Gendarmerie, comporte désormais les éléments distinctifs communs à toutes les tenues (sauf le pull) : bande patronymique « DOUANES » portée au dessus de la poche gauche et écusson sur l'épaule droite. Il est à noter que, contrairement aux micro-poreuses gendarmerie, les parkas des douanes ne comportent pas de fentes pour laisser passer l'arme : le ceinturon est donc porté apparent sur la parka. Le port de la parka est d'ailleurs prévu avec un modèle de casquette adapté aux températures hivernales. Ce modèle diffère de la casquette estivale/demie-saison par l'ajout d'un rabat en laine synthétique, pouvant protéger les oreilles et la nuque en période froide.
Si cette tenue est encore portée par des services fixes (brigades de surveillance extérieure en poste dans les aéroports et les ports par exemple), la majorité des agents va très vite abandonner le pantalon droit. En effet, l'administration teste depuis 1993 divers modèles de combinaisons. Celles-ci sont en principe destinées à être portées à l'occasion de fouilles approfondies ou pour protéger la tenue de service courant d'éventuelles salissures ou déchirures. De nombreux modèles « une pièce » ou « deux pièces » fermées par fermeture éclair sont testés par l'administration.

Ci-dessus : La bande garance disparaît définitivement du treillis : seul un fin liseré la rappelle sur les poches de pantalon et sur la doublure des épaules.
Le ceinturon est en principe porté solidaire de la veste grâce des passants fermant par pression.


Si la tenue de service courant reste similaire à celle des autres administrations de sécurité, la combinaison confère au douanier une allure particulière. Ce n'est qu'en 2006 que Police et Gendarmerie se doteront à leur tour de tenues de service courant comportant pantalon treillis et chaussures de type rangers.
Ci-dessous : photos illustrant dans Douanes info le choix des tenues défintives. On remarquera que les agents généralistes portent la combianaison avec les chaussures de service courant. La combinaison n'est en effet conçue, à l'époque, que pour se porter sur la tenue de service courant, de manière ponctuelle. Le maître chien porte lui la tenue "spécialistes", comportant la possibilité de fixer la pucelle de spécialité. Il porte cette tenue avec des rangers, étant autorisé à utiliser la combinaison pour tout service. On notera le port de la casquette du premier type, qui comporte un écusson rapporté.
Le modèle retenu est un modèle composé de deux pièces, maintenues ensemble par une fermeture éclair. Très vite, cette combinaison sera portée de manière fréquente par les agents des BSI, qui l'apprécient pour son caractère fonctionnel. La combinaison est alors portée comme un treillis, les deux pièces n'étant plus maintenues ensemble. Les maîtres de chien, ainsi que les officiers et moniteurs de tir au pas de tir, sont en principe les seuls à pouvoir porter la combinaison deux mièces. Les autres agents ne sont autorisés à le faire que pour effectuer des missions ponctuelles,, et notamment des fouilles approfondies. Cette restriction est encore rappelée en 2000 (BOD 1559 du 7 juillet 2000). Cependant, il semble que la majorité des agents adopte très vite cette tenue, plus pratique et résistante, si bien qu'on puisse dire qu'elle devient une tenue de service pour tous les agents.
Le pantalon de combinaison peut être porté avec chemise, pull et parka et bien sûr veste de treillis. Il convient de noter que, comme les autres effets adoptés après 1994, la veste de treillis n'est pas portée avec l'insigne de tradition. Dans un premier temps, seuls les spécialistes, maîtres de chien et motards, sont dotés de modèles spécifiques comportant un bouton permettant d'arborer l'insigne spécifique à ces fonctions. Cette spécificité disparaîtra avec la généralisation de la combinaison comme tenue de service courant pour tous les personnels.

Le port de la combinaison deux pièces se généralisant, l'uniforme des brigades de surveillance ne connaîtra plus de véritable bouleversement. Il continuera cependant d'évoluer. Afin de renforcer la visibilité des agents, la veste de combinaison se voit dans un premier adjoindre l'inscription "DOUANES" thermocollée dans le dos. La combinaison continuera ensuite d'évoluer en 2006 avec l'adjonction de deux bandes réflachissantes sur la veste et le pantalon de combinaison (à hauteur des poignets et des mollets). Depuis 2006, et conformément aux voeux de la Direction des Douanes, l'inscription "DOUANE" est portée au singulier. Cependant, le système de carnet à point fait qu'il n'est pas rare de rencontrer le port d'effets (écussons, bande patronymiques, veste de combinaison) portant toujours l'inscription DOUANES au pluriel. 2006 voit également l'arrivée de deux nouveaux effets : la parka modèle 1994 est remplacée par un nouveau modèle. De même, le polo fait son apparition. Destiné à remplacer la chemisette, il ne reprend pas sa couleur bleu clair mais arbore une couleur bleu foncé, proche de la teinte du pantalon. Sobre, il comporte, outre l'écusson de bras, l'inscription "DOUANE" brodée côté coeur et au dos.
Tenue de cérémonie

Ci-dessus : contrôleur de deuxième classe en tenue de cérémonie. Attention, la cravate n'est pas règlementaire : elle devrait être bleu foncé, striée mauve.


Détail des broderies : du képi (ci-dessus) et des pattes de col (ci-dessous).

Contrairement à d'autres administrations, la Douane abandonne complètement la vareuse quatre poches, y compris comme tenue de cérémonie. Elle se dote donc d'une tenue ne répondant qu'à cet usage. Le pantalon est identique à celui de service courant, excepté le fait qu'il ne possède pas de passants larges, n'étant pas destiné à être porté armé. La vareuse est elle une veste à double rangée de bouton. Contrairement aux vareuses de service courant, tous les grades sont portés sur épaulettes. La pucelle est portée à droite mais sans cuir, du fait de l'absence de poche fermée. Elle tient grâce à un renfort de tissu qui permet d'accrocher la pucelle . La cravate est spécifique à l'administration. Le képi se distingue des képis précédemment portés jusqu'en 1994. En effet, après quelques essais, le pourtour du képi est doté d'un liseré rouge. La grenade à 7 flammes se distingue elle aussi des précédents modèles (fort nombreux) de par sa forme mais également de par sa facture : alors que les précédentes grenades sont majoritairement en cannetille, elle est désormais simplement tissée.
En été et outre-mer, la tenue de cérémonie est souvent vue portée "allégée", c'est à dire sans vareuse.
La tenue des agents du cadre A ne se distingue pas vraiment de celle des agents des cadres B et C. Néanmoins, outre les insignes de grade propres arborés sur les épaulettes et sur le képi, les inspecteurs et agents supérieurs arborent sur leur pantalon une double bande rouge, familièrement appelée dans l'armée "bande autoroute" pour sa ressemblance avec le pictogramme symbolisant ces voies. Il s'agit là d'une amélioration apportée à la tenue initialement proposée par Carven, celle-ci ne proposant en effet pas de distinction à ce niveau.

Ci-contre :
inspecteur en tenue de cérémonie